La vie d’une formule de parfum

Dans mon billet sur l’Art et la Matière, je vous confiais que j’avais traité un deuxième sujet pour mon travail N°2 dans le cadre de ma formation auprès de l’Institut Nicéphore.

Pour rappel, il fallait en 10 clichés retracer la journée de quelqu’un fictif ou non, avec comme pré-requis une variété de cadrages qui optimisent les sources lumineuses.


L’idée de départ

Pour ce second opus, j’ai souhaité raconter la journée d’une formule de parfum : de sa conception jusqu’à la vente au client. Je connais bien ce sujet pour le pratiquer au quotidien dans ma vie professionnelle : je travaille dans le marketing pour une maison de composition de parfums. Ces maisons sont inconnues du grand public car elles développent des parfums pour le compte de marques.

Mon travail au quotidien consiste entre autre à mettre en mots et en images une création olfactive. L’idée de raconter la vie d’une formule ne m’est pas venue tout de suite à l’esprit. Il y a eu au cours du mois d’aout une phase de décantation durant laquelle j’ai cherché comment je pourrais photographier la journée d’un expert olfactif. Seulement voilà, j’étais un peu dans l’impasse car il fait souvent la même chose et pour varier les situations, j’ai vite vu que cela allait être compliqué.

Petit à petit, j’en suis arrivée à la conclusion que pour varier les situations, il fallait photographier un groupe de personnes qui travaillent autour d’une formule de parfum. Ensuite, j’ai pensé que cela pouvait être intéressant de s’affranchir des vieux clichés de la communication parfum tout en préservant la part de beauté et de rêve liée à ce métier. Après tout, le sujet du travail N°2 invite à vivre une journée sous un nouvel angle.

Vous avez sans doute déjà vu une vidéo qui met en scène un parfumeur seul dans son labo en train de formuler son parfum. Dans la réalité, cela ne se passe pas vraiment comme on vous le montre. Le parfumeur n’est jamais seul mais il est entouré d’une équipe d’experts qui l’aide à mener sa création à terme. Ce sont tous des professionnels de l’olfaction et chacun occupe un rôle bien précis dans la chaîne de création.

Le parfumeur ne formule jamais dans un labo, mais dans son bureau, derrière son ordinateur et c’est une laborantine qui pèse la formule. La création d‘un parfum s’appuie sur un héritage vieux de plusieurs siècles avec le patrimoine de Grasse en toile de fond, mais c’est aussi une industrie de pointe, entrée dans l’air du digital, de la bio-technologie et de l’intelligence artificielle.

Les parti-pris

A travers ce reportage, j’ai souhaité partager tous ces aspects méconnus du grand public. Au fil de ma réflexion, l’idée m’est venue que pour aller au bout de cette démarche, il fallait davantage axer le reportage du point de vue de la formule, de la matière et de tout ce qui la représente (mouillette, matériel).

Pour cette raison, j’ai choisi de mettre à distance le parfumeur et tous ceux qui oeuvrent autour d’elle : soit par des plans coupés, soit par des flous d’arrière plan ou des effets de silhouette. A l’inverse, j’ai mis l’accent sur le matériel, les contenants et les matières. La star de mon reportage, c’est bel et bien le parfum.

J’ai également tenu à respecter les lieux et les professionnels. Dans la réalité, les personnes qui figurent sur les photos font le métier que je montre. Elles sont prises dans leur véritable espace de travail. J’ai souhaité coller à la réalité de mon industrie.

Comment je m’y suis prise

Comparé à ce que j’ai fait avec Véro, mon approche ici est presque opposée. J’ai d’ailleurs eu l’impression de faire le travail N°2 pour la première fois dans les 2 cas. Pour “L’Art et la Matière”, je suis restée dans un même lieu et j’ai pris mes photos dans l’ordre de la journée, au fur et à mesure que le temps s’écoulait.Pour ce reportage, j’ai construit mon récit. La prise de vue ne s’est pas déroulée au fil de la journée mais j’ai photographié mes scènes sur 10 jours et dans le désordre. Pour y parvenir, j’ai dessiné (enfin… gribouillé) mes plans sur un story-board qui m’ a servi de guide-fil tout au long de mon reportage.

  • Pourquoi un storyboard ?
  1. Comme j’ai eu quelques craintes sur la compréhension du sujet par les non-initiés, j’ai voulu simplifier la narration et j’ai cherché des transitions claires d’une photo à l’autre. Il me fallait les anticiper.
  2. Pour des raisons liées à mon activité professionnelle, je ne pouvais pas occuper les lieux trop longtemps car je ne voulais pas gêner les personnes dans leur travail. Je suis donc partie discrètement en repérage, sans appareil pour construire mon histoire et décider du meilleur moment pour les lumières. Puis, j’ai pris mes photos au moment voulu avec la plus grande discrétion possible. J’ai bien sûr demandé la permission à chaque figurant.
Storyboard


Les difficultés rencontrées

Elles ont été diverses mais pas insurmontables.

La plus grande d’entre elles touche au sujet lui-même : raconter la vie d’une entité immatérielle qui existe au stade d’idée et qui se concrétise par le sens (olfactif) le moins accessible verbalement. Pour lui donner une réalité matérielle, j’ai prêté une attention particulière à toutes les représentations possibles du parfum : flacons, une odeur sur une mouillettes, des matières premières…

J’ai ensuite eu quelques déconvenues avec l’architecture du bâtiment. Les grandes baies vitrées des bureaux donnaient des contre-jours importants et des lumières cramées. De plus le bâtiment est construit autour de cadres noirs rectilignes qui alourdissent un peu mes arrière-plans. Il a fallu trouver des cadrages malins pour contourner le désordre de certains espaces de travail, masquer toute mention confidentielle sur les flacons ou dossiers, ne faire figurer aucun nom de projet.

La gestion du droit à l’image a été simple à gérer. Les personnes que j’ai photographiées ont à ma grande surprise exprimé une curiosité et l’envie de participer à mon projet. Je craignais des difficultés à recruter des collaborateurs mais tous ont accepté ma présence. J’ai d’ailleurs cédé mes photos à mon entreprise.

Les photos

J’ai surtout shooté avec mes deux focales fixes habituelles. Au total, il n’y en a eu qu’une trentaine de photos de prises parce que les plans ont été choisis à l’avance. Le choix a été simple et évident.

Je n’en dis pas plus et vous montre le reportage.


Le brief : un parfumeur et son expert.

La formulation : un parfumeur, une idée, une marque.

Réception de la formule

La pesée de l’huile

La mise en alcool

L’olfaction, la sélection par un expert

La pesée robotisée

L’élue

La mise en mots et en images

En route pour être présentée au client

Bilan

La forme du reportage m’a beaucoup inspirée et j’ai vraiment pris du plaisir à travailler ces deux sujets : l’art et la matière et la vie d’une formule. Le fait de jouer avec 2 sujets m’a permis de tester 2 façons différentes d’aborder la production d’un contenu et j’ai l’impression d’avoir beaucoup appris.

Cela n’engage que moi, mais je trouve que repérer les lieux en amont, réfléchir à ce qu’on va photographier m’a permis de sortir des photos plus précises et plus abouties. J’ai également redécouvert mon lieu de travail que j’arpente tous les jours depuis 10 ans et là … c’est la pilule magique parce qu’un regard neuf, c’est une bouffée d’air frais dans mon quotidien.Dans l’Art et La Matière, le plaisir a été dans la découverte d’un processus de création que je ne connaissais pas et dans le partage d’un moment avec Véro. La spontanéité de certaines photos m’a fait plaisir et m’a donné de jolies surprises.

Coté formation, le travail N°3 est déjà enclenché. Je précise à toutes fins utiles que je ne compte pas traiter deux sujets à chaque devoir au risque de m’enliser. Mais je me réserve le droit de prendre mon temps pour aborder mes travaux.

Le prochain sujet porte sur les gares, que j’ai photographiées de nombreuses fois à Paris. Je cherche comment renouveler l’exercice sans reprendre les mêmes photos.

2 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s