L’Art et la Matière

Les mois d’août et septembre ont été consacrés au travail N°2 de la formation que j’ai entreprise chez Nicéphore. Il fallait en 10 clichés raconter la journée de quelqu’un, fictif ou non.

Cet exercice fait partie du volet sur la lumière et avait pour objet de tirer parti de différentes sources lumineuses au fil de la journée et de proposer des cadrages adequats. La finalité est quelque sorte de construire une histoire en images que l’on doit comprendre intuitivement. Les figures imposées sont un rendu en noir et blanc et un format 3×2.

J’ai souhaité travailler deux sujets car cette approche me plaisait beaucoup.

Dans ce billet, je vais partager avec vous un des deux sujets … Le billet va être court car les images (et je l’espère) devraient parler d’elles-mêmes.

Ma collab

J’ai passé ma journée en compagnie de Véro, une calligraphe et bloggeuse qui a gentiment accepté de m’emmener dans son univers créatif. Véro est calligraphe, illustratrice, passionnée et autodidacte. Je vous invite à visiter son blog ici.

La calligraphie est un art graphique souvent mal considéré. On l’imagine pratiqué soit par des moines, soit par des adeptes de la philosophie japonaise… Ici, vous le verrez … elle dépoussière tout cela en combinant graphisme, lettrage, et supports. Vous y trouverez également des passerelles avec la photographie quand il s’agit de couleurs, de mise en page ou de techniques créatives.

Ma collab avec Véro n’est pas nouvelle… J’ai déjà eu l’occasion de travailler avec un elle autour d’un conte pour enfants : moi à la plume et elle aux pinceaux.

Le sujet

Le cadre du projet s’est vraiment construit sur un échange. J’avais proposé de photographier Véro dans sa pratique calligraphique et elle m’a proposé d’axer le reportage sur un thème connexe à la calligraphie : la création d’un support en papier. Il faut savoir qu’en calligraphie, la gestuelle ne fait pas à elle seule la créativité. La matière première – encres – plumes – papier fait partie du “nerf de la guerre”.

L’art de la calligraphie se renouvelle beaucoup autour de ses outils et de ses supports. L’encre, les plumes, le papier sont à la calligraphie, ce que les Iso, l’ouverture et la vitesse sont à la photographie. Ils se combinent à l’infini pour des rendus toujours plus créatifs.

En résumé, la calligraphie, c’est l’art du geste mais aussi l’art de la matière.

Mon reportage raconte les étapes de la production de feuilles de papier que l’on encre avec des aplats en végétaux. J’ai donc étape par étape photographié Vero dans la création de ses supports, de la sélection des végétaux jusqu’au séchage. Je ne vais pas vous expliquer la technique en détails car je ne la maîtrise pas vraiment.

Si cela vous intéresse, Véro a prévu d’écrire un article dans lequel elle vous révèlera ses secrets de fabrication.Moi, je vais vous parler de photographie, de lumières et de cadrages.

Démarche

La journée s’est déroulée dimanche dernier. C’était une belle une journée d’automne avec des lumières extérieures très flatteuses. J’ai travaillé avec mon objectif Sigma 17-50mm en 2.8. Une focale fixe me paraissait trop contraignante pour suivre Véro en action. J’ai utilisé un trépied lorsque les conditions lumineuses le nécessitaient. J’étais souvent à 2.8.

Pour respecter le droit à l’image de Véro, j’ai favorisé les situations où l’on ne voit pas son visage. J’ai fait quelques portraits mais ceux-ci lui sont réservés pour une utilisation personnelle. Cela ne m’a pas vraiment manqué car le sujet principal du reportage sont ses mains.

Je m’étais au départ inspirée d’un site dont j’aime beaucoup les photos : Les Mains Balladeuses qui raconte la reconversion de cadres en artisans. Les images sont de beaux portraits d’artisan en situation et laissent la part belle aux outils et aux gestes.

Les photos

Le shooting a duré quelques heures durant lesquelles j’ai pris une centaine de photos. Vous imaginez que la sélection a pris un peu de temps. J’ai essayé de favoriser des cadrages variés.

Quelques photos présentent des contrastes “noir et blanc” naturellement forts avec l’encre et le papier. J’ai privilégié des mises en scène pas trop chargées et des atmosphères douces.Je vous laisse découvrir les photos.


La cueillette de végétaux. Lumière matinale d’automne douce et diffuse


La collection végétale


Préparation du matériel. Rouleaux, couteaux et papier


Sélection des végétaux. La sélection doit être méticuleuse pour assurer un beau rendu. Le végétal ne doit pas être ni trop épais, ni trop raide.


Une fois sélectionnées, on glisse les tiges entre deux feuilles de papier


Préparation de la peinture. Elle est étalée sur une plaque de plexi.


La phase de l’encrage : un rouleau enduit est appliqué sur les végétaux. Les motifs apparaissent sous l’effet de l’embossage.


Chaque support de papier est unique car chaque motif est différent


Patience et délicatesse. Les feuilles doivent sècher sans se déchirer.


Résultat final.

Bilan

J’ai passé une très belle journée en compagnie de Véro. La journée était très intense car je suis restée concentrée pas mal de temps sur mes cadrages. Les motifs qui apparaissent sur les papiers au fil des encrages sont un vrai régal pour les yeux.

Lors du shooting, je n’ai pas vraiment rencontré de difficultés particulières. Si j’avais déjà quelques cadrages en tête, je me suis beaucoup laissée porter par les situations et je n’ai pas eu de mal à m’adapter aux lieux.

La sélection a été plus compliquée car j’ai pris beaucoup de photos. Les étapes que vous voyez ont été simplifiées pour tenir en 10 clichés. Dans la réalité, Véro a combiné plusieurs techniques d’encrage de végétaux.

Certaines photos ont été recadrées en format carré et seront parfaites pour un blog ou un post sur Instagram. Lorsqu’elles sont en couleur, elles donnent de beaux résultats graphiques. Les voici en bonus. Les préférez-vous en couleur ou en n&b ?NB : Trois billets sont à venir :

  • Le deuxième sujet de mon travail 2
  • La visite des passages du IXème.
  • Mes premiers pas dans l’argentique

L’encrage de la plaque. Un petit défaut de MAP

Le matériel


L’embossage au rouleau


L’étalage de l’encre sur le plexi

2 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s