Campagne péri-urbaine – Episode 2

Dans un précédent article je présentais mon devoir autour de la géométrie de la campagne et je vous promettais un épisode 2. Le voici !

Dimanche dernier, j’ai profité de quelques rayons de soleil tant attendus depuis plusieurs semaines. Et j’ai filé avec ma voiture en quête de nouveaux paysages. J’ai tout d’abord fait un crochet par le Val de Marne pour prendre ma copine Cathy, puis nous avons mis le cap vers l’Essonne… jusqu’au sud d’Etampes, au bout de l’Ile de France.

Je peux vous dire que cette sortie a pris des allures de périple puisque j’ai parcouru les 3 points cardinaux de l’Ile de France et j’ai roulé pendant 180 km…

Nous avons fait halte près de Saint Hilaire où nous avons pris un GR pour nous retrouver en hauteur sur un plateau. L’idée était de photographier des champs, des collines, des éoliennes et des pilonnes. Un soleil superbe, un ciel dramatique et un vent glacial faisaient partie de la balade.

Nous avions sérieusement étudié le choix de notre destination en croisant la topographie de Google Earth et les itinéraires de randonnée du site Visirando.

Le paysage est typique de celui de la Beauce : des étendues agricoles à perte de vue. Nous étions sur les lieux en fin de journée et avons profité d’une lumière particulière et changeante. Elle a beaucoup contribué à cette couleur « terre de Sienne » de la terre.

Je me suis attardée sur les textures et les différentes couleurs des sols. J’ai voulu explorer mes compositions sous forme de « tangrams ». Comme pour la série sur la neige, je suis restée sur un format carré pour une plus grande cohérence.

Un post-traitement pour harmoniser le ciel a été nécessaire. Je l’ai partiellement réussi. La lumière très changeante a donné des ciels plus ou moins pâles et plus ou moins chargés.

Bilan

L’amitié, une belle promenade, du soleil et un vrai sujet… la journée a été profitable. Nous ne nous sommes pas déplacées pour rien. Les paysages de l’Essonne valent le détour et mériteraient des escapades ciblées.

Après réflexion, j’ai posté ma première série sur la neige puis j’ai montré ce travail de tangrams. J’aime bien les deux approches ; la série sur la neige me paraît plus jolie mais moins aboutie techniquement. La série sur les tangrams est moins esthétique mais plus réussie au regard des consignes du devoir.

Et vous ? Quelle série préférez-vous ?

La dernière photo de la journée – Un soleil couchant

11 commentaires

  1. Bonjour ! Je suis heureuse de découvrir ton Blog, riche de jolies photos. Je suis allée ce matin me promener dans ma campagne vendéenne à la recherche de lignes et couleurs ! Pas évident ! Bon week-end. Annie (Instagram)

    J'aime

    1. bonjour Annie. merci pour ton retour. De quel coin es tu ? En Vendée du coté de Moutier les Mauxfait – le Givre, il a de belles campagnes vallonées. Du côté de Nieul le Dolent sur la route vers les Sables, vers Talmont Saint Hilaire tu as aussi de beaux reliefs, avec de belles collines et des champs. Il faut se lever tot pour profiter de la lumière ou bien attendre le coucher du soleil. Hate de voir cela sur Insta.

      J'aime

      1. non, je suis juste au sud d’Etampes, à Boissy La Rivière. C’est dans l’autre vallée, à l’est de là où tu étais. J’espère que ma campagne t’a plu ! Encore que moi, je suis vraiment dans la vallée, pas dans les champs 😉

        J'aime

      2. enfin si, il y a des villages sur le plateau 😉 Mais il y a aussi deux petites vallées très étroites au sud d’Etampes : l’une vers Chalo St Mars et St Hilaire où tu étais, et de l’autre côté la vallée qui va vers Saclas, c’est par là que j’habite : donc pas sur le plateau de Beauce mais dans la vallée, au bord de l’eau même. Bref, c’était la minute « géographie » du jour 🙂 A part ça, c’est sympa, tes séries, ça m’a donné envie d’aller faire des photos dans les champs du coup… Bonne soirée.

        Aimé par 1 personne

    1. Merci Brigitte. Le soleil de fin de journée à sublime le rendu . J’aime beaucoup photographier cette vie péri/urbaine entre campagne et non-lieu urbain. Les pilonnes, les bords de nationales, les clôtures en béton C’est encore différent de la banlieue qui est une atmosphère plus urbaine .

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s