Les cueilleuses de thé

6h45 au petit matin : je m’engouffre dans la voiture conduite par un chauffeur que j’ai engagé pour la matinée. Nous mettons le cap vers Bois Chéri sur les hauteurs de l’Ile Maurice, dans l’espoir de rejoindre les cueilleurs de thé.

Il fait déjà jour et pas encore trop chaud. Il n’y a pas encore de touristes le long des plages. Seuls les locaux sont déjà en route pour démarer leur journée de travail. La route est déjà embouteillée. Par chance, nous roulons dans le bon sens de la file.

Au bout d’une heure, nous arrivons sur le plateau de Bois Chéri, situé dans le sud de l’Ile Maurice. Il a plu. A cette période, l’Ile Maurice a démarré la saison des pluies. Il pleut souvent sur les hauteurs. Les pluies sont brèves mais d’une rare intensité.

Des champs de thé s’affalent à perte de vue. C’est ici que le thé se cultive depuis plus d’un siècle. Les guides touristiques vantent la route du thé en proposant un itinéraire ponctué de trois arrêts : L’usine de Bois Chéri, Saint Aubin et le Domaine des Aubinaux. On y apprend tout sur sa culture et sa fabrication mais rien n’est vraiment prévu pour rencontrer ceux et celles qui le cueillent.

Sur les collines, des petits points colorés parsemés s’affairent. Tous travaillent pour l’usine de Bois Chéri qui est le plus gros employeur de l’Ile. Les cueilleurs sont essentiellement des femmes. J’ai croisé quelques hommes mais la plupart travaillent aux légumes ou à l’entretien des plantations.

Je suis sortie de la voiture et je suis allée à leur rencontre pour faire un portrait de ces femmes et échanger sur ce métier en voie de disparition tant il est harrassant. Les échanges se sont faits en créole et je n’ai pas toujours réussi à mon grand regret à mémoriser leur prénom.

Cliquez sur les vignettes

Elles s’appellent Rita, Mahéter … et elles ont entre 30 et 68 ans. Toutes travaillent dans les champs depuis de nombreuses années. La plus jeune y travaille depuis 15 ans. La journée démarre à 4h00 du matin et s’achève vers 11h00 car au delà il fait trop chaud.

La cueillette du thé est une activité qui se fait exclusivement à la main et qui consiste à sectionner les deux tiges les plus tendres au sommet de chaque pied. Les cueilleuses sont toutes munies de bottes en plastique et portent plusieurs couches de vêtements qui les protègent de la chaleur, du soleil, de la pluie et des piqûres d’insectes. Comme il y pleut régulièrement, les plantations sont mouillées et détrempent vite les vêtements.

Les cueilleuses sont payées 10 roupies le kilo (25cts d’Euros). Pour 30 kilos de feuilles cueillies, elles récoltent 500 roupies (12.5 Euros). Une fois cueillies, les feuilles sont rassemblées en balots qui seront récupérés plus tard pour la pesée.

Nous sommes à la fin de l’été. La récolte va s’achever au mois d’avril jusqu’en novembre. Pendant cette période, il n’est pas question de se reposer. Pour assurer les revenus, les cueilleuses iront travailler à la culture maraîchère.

Et les hommes ?

J’en ai croisé. Mais ils sont en minorité à la cueillette. J’ai croisé Tsadéo, 72 ans chargé d’entretenir les plantations.

Bilan

Cette échappée reste pour moi un moment très fort. Je me suis d’ailleurs dépêchée d’écrire ce billet pour conserver son souvenir intact et vivant.

J’ai passé quelques heures riches à échanger avec ces personnes souriantes et désireuses de partager leur expérience. Elles ont pris le temps de répondre à mes questions et de poser pour moi. Je leur en suis très reconnaissante. L’abord est très facile, même avec un appareil.

Je suis très contente de ma série même si techniquement, il y a certainement des choses à améliorer. La luminosité changeante m’a donné du fil à retordre. Pour aller au bout de la série, j’aurais pu présenter des cadrages similaires en portrait, pris à la même distance. Il aurait fallu décider de tout cela en amont. J’ai ces cadrages en banque, mais j’ai privilégié les expressions de visage et les regards.

En préparant mon voyage, j’ai été frappée de voir que sur Instagram, l’Ile Maurice était réduite à de grandes plages désertes. Les différents hastags #Mauritius Island ne montrent qu’un aspect de l’île. Pendant mon voyage, j’espérais aller à la rencontre de la culture Mauricienne. J’étais bien décidée à capturer un petit morceau d’âme de l’Ile et de ses habitants.

J’ai eu la chance de ne pas loger à l’hôtel, ce qui m’a permise d’être libre dans mes déplacements. Mes beaux-parents y vivent trois mois de l’année et leur connaissance des lieux m’a vraiment aidée à sortir des sentiers battus.

Il est déjà l’heure de faire route vers Ganga Talao.

Je vous parlerai bientôt des pélerins de Maha Shivaratri…

11 commentaires

  1. Très beau témoignage, loin des clichés touristiques, ça fait du bien également! Très beaux portraits, c’est effectivement en reproduisant plusieurs fois l’expérience que l’amélioration va venir! Et toujours cette douceur et bienveillance qui ressort de tes photos!

    J'aime

  2. Bonjour Emmanuelle. À peine rentrée et on a déjà notre premier billet qui est très très bien écrit. C’est un plaisir de te lire. Pas facile le métier de cueilleurs de thé. Merci pour ce partage et hâte de lire le prochain billet.:):)

    J'aime

    1. Merci Nadine. Quel plaisir cette aventure . Contente de pouvoir te transmettre un peu ce que j’ai ressenti. Le prochain billet arrive. Entre temps il me faut consoler mes 2 poussins qui ont le moral à zéro d’être revenus en RP.

      J'aime

      1. Tu as entièrement raison. A force de pratiquer, on se rend compte de nos erreurs. Je fais de la photo depuis plus de vingt ans et j’apprends encore chaque jour. Tu utilises quelles pellicules ?

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s