Hors champ 1 : Hangzhou

Une escapade en dehors de la ville pour deux jours… Un bol d’air loin du tumulte de Shanghai… j’avais cette idée en tête depuis le début de mon séjour et j’accueille cette étape avec beaucoup de bonheur et d’excitation.

La  belle Shanghai vibre, vous engloutit comme un monstre et elle vous fatigue jusqu’à la moelle. Elle épuise parce que chaque geste du quotidien devient une épreuve et un stress. La barrière de la langue est une vraie contrainte, même si à Shanghai les Chinois sont prévenants et habitués à la diversité. Seulement voilà, pour vous faire aider d’eux, vous devez parler leur langue.

Donc ce  week-end, j’ai choisi de partir de Shanghai pour une escapade de 2 jours. J’ai pris un TGV aux aurores pour filer vers Hangzhou, histoire de connaître des paysages chinois un peu différents de ceux de la vie urbaine. Les gares, les voyages en TGV sont déjà une véritable aventure à vivre en soi. La gare de Shanghai Hongquiao ou la gare d’Hangzhou sont des fourmilières humaines, d’immenses bâtiments où familles, couples, individus se pressent pour prendre le train. Les micros crachent toutes les minutes des annonces assourdissantes dont l’écho se perd jusqu’au dans les tréfonds de la gare. On se croirait dans une grand-messe communiste des années 70.

Lost in translation – Gare d’Hangzhou
Des sons pour vous y emmener

Je déambule au milieu de cette foule. Le fait de vivre dans un pays d’1.4 milliard de gens me renvoie l’effet de ma propre insignifiance. C’est l’effet des grands nombres et des rapports d’échelle : un parmi 1 milliard. Pas étonnant que les Chinois cultivent le vivre ensemble et se déplacent en groupe. Ils ont dû comprendre qu’un seul ego n’avait pas de poids ici. On dit que les Chinois ont la culture du groupe et que l’époque d’aujourd’hui les mène vers l’individualité. Je le ressens mais dans une moindre mesure qu’en Europe. Cet idéal collectif ancré depuis la nuit des temps dans les traditions confucéennes a encore de beaux jours devant lui.

Gare de Hangzhou

Hangzhou – Jour 1

Hangzhou est propice à la contemplation et ressemble aux peintures que l’on voit dans les restaurants Chinois. La ville tire toute sa beauté d’un lac : le West Lake entouré de montagnes bleues et parsemé de temples et de sanctuaires. La ville se trouve à 200 km de Shanghai et la vie y est beaucoup plus paisible.

Paisible ? A part ça, Hangzhou est la capitale de la province chinoise du Zhejiang. Avec une population de 8millions d’habitants, la ville représente 158 fois Paris en superficie. Là… ça calme. Elle abrite également le HQ d’Alibaba. Vous connaissez ? L’Amazon Chinois dont le PDG est millionnaire. Il est souvent cité en exemple ici.

Je suis restée dans la zone touristique près du Lac. Après avoir localisé mon hôtel et déposé mes bagages, je suis partie me promener au soleil. J’avais l’intention d’exaucer un rêve, celui de voir la floraison des osmanthus. Hangzhou est la ville des osmanthus et ils sont à l’automne en Chine ce que le sakura est au printemps au Japon. A leur floraison, ils offrent à la vue un spectacle unique lorsque leurs pétales tombent par terre. La fleur a une senteur fruitée légèrement abricotée.

Helas, je n’ai pas vu beaucoup d’osmanthus. Je n’ai pas vu les jolies couleurs de l’automne dont on m’a tant parlé. J’ai réussi à en voir du côté de la gare mais ils étaient bien trop hauts pour que je puisse sentir leur odeur si caractéristique. Tant pis, je me suis consolée avec un déjeuner copieusement agrémenté de riz gluant parfumé à l’osmanthus. Le nom n’est pas engageant certes, mais c’est un met délicieux, le tout agrémenté de dumplings et d’une tasse de thé de Longjin, cultivé sur les hauteurs de Hangzhou.

L’osmanthus

Le thé Longjin (signifie Puits du dragon)

La journée s’est ensuite poursuivie par une longue balade dans le jardin botanique d’Hangzhou. Dans cet espace immense de toute beauté, j’ai passé du temps à photographier les jardins chinois. La botanique et toute la culture asisatique autour des jardins m’apaise et me passionne.

Hangzhou – Jour 2

Le lendemain, le réveil a été réglé sur 6h15 du matin, et je suis allée voir le temple boudhiste de Lingyin. C’est un des temples bouddhistes les plus grands et les plus prospères de Chine. Situé au Nord Ouest d’Hangzhou, il accueille 3000 moines. Il faut se lever tôt pour voir les moments de prière des dévots.

C’est un paradis pour les yeux. Les couleurs sont chatoyantes et appellent à la gaité. L’odorat n’est pas en reste puisqu’on y brûle des bâtonnets d’encens dans presque tous les palais. L’ambiance est à la ferveur.

On raconte que c’est le temple propice aux demandes de paix dans le monde et dans sa famille.

Mon séjour s’est terminé par une séance de street photo dans un quartier populaire de la ville à deux pas de mon hôtel.

La ville est agréable et m’offre une facette inconnue de la Chine. Même si je ne me retrouve pas dans les provinces les plus reculées, j’ai déjà un avant-goût d’ailleurs. Je vois une population plus modeste, hors du temps et qui vit parfois dans des endroits assez pauvres. On devine que certains survivent gràce aux petites combines et grâce à la prise en charge par la famille ou du groupe.

A cette heure-ci, j’ai entamé l’étape 2 de mon escapade. J’ai fait escale du côté de Suzhou dans une superbe pension du quartier de la ville historique à Tonglin. Mon transit a connu quelques péripéties que je vous raconterai dans mon prochain billet.

Ici… c’est encore une autre exercice de style et je viens de connaître quelques grands moments de folklore : il n’y a aucun sous-titre en pinyin ni indication anglaise.

Un avant-goût du prochain billet

2 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s